Document sans nom accueil présentation articles agenda documentation livre d'or contact Paul Lombard Martigues
 
Elections législatives : commentaires - Ajoutée le 09/03/2012 à 20:27.
 
 

ELECTIONS LEGISLATIVES 2012 :

LE SONDAGE QUI ARRANGE OU QUI DERANGE ?
 
Le sondage réalisé en février dernier et publié dans la presse ces jours-ci concernant le score possible pour chaque candidat déclaré à cette date aux élections législatives de 2012, donne un premier aperçu de la tendance qui pourrait en résulter pour chacun d'entre eux dans la 13ème circonscription.
 
Certains se sentant lésés poussent les hauts cris et mettent en doute, avec quelques raisons d'ailleurs, sa validité. D'autres ne cachent pas leur satisfaction avec une certaine jubilation, quoique nous soyons encore bien loin de la coupe aux lèvres.
 
Mais bon gré, mal gré, un sondage qu'il plaise ou pas, donne toujours quelques indications utiles pour chacun.
 
Côté réserves : ce sondage réalisé début février, ne tient pas compte de la candidature aujourd'hui connue d'Olivier MAYOR (centriste droite) et de Nicole JOULIA (PS) suppléante de René RAIMONDI (PS) qui peuvent quelque peu bouleverser la donne sur Istres.
 
Côté certitudes : il n'y aura aucun danger de droite. La gauche dans sa diversité totalise 71 % des intentions de vote à ce jour.
 
La compétition se jouera donc entre les deux grands : Gaby CHARROUX (PC "front de gauche") et René RAIMONDI (PS) crédités l'un et l'autre respectivement de 35 % et 23 %.
 
Pour ma part, mes 12 % sont loin d'être négligeables car ce pourcentage concerne l'ensemble de la circonscription et non pas uniquement Martigues où je suis crédité de beaucoup plus, sachant que je peux encore progresser dans toutes les villes de la circonscription.
 
De toutes façons ce n'est pas à la mi-temps dans un match de foot qu'on peut connaître le vainqueur, mais à la fin.
 
   
Vous ne pouvez plus réagir à cet article.
Sondage Terminé.
Résultat des votes :
67.82 % Très
1.15 % Moyennement
31.03 % Pas du tout
87 votes au total
 
 
Elections législatives .... suite - Ajoutée le 05/03/2012 à 19:59.
 
 

ELECTIONS LEGISLATIVES… SUITE

Il y a du nouveau dans la composition des candidatures pour la 13ème circonscription …
 
Ce mercredi 29 février René Raimondi, candidat PS dans la 13ème est venu à Martigues (S.V.P.) annoncer le choix de sa suppléante en la personne de Madame Nicole Joulia, 1ère adjointe au maire d'Istres.
 
Incontestablement c'est un appui très important pour René Raimondi, en particulier pour le corps électoral istréen qui est très attaché à la première adjointe au maire d'Istres.
 
Le parti socialiste a su faire fi de ses dissensions intestines pour donner toutes les chances à son candidat.
 
D'ailleurs, Madame Joulia l'a exprimé avec force lors de la conférence de presse de Martigues.
 
Naturellement cela comportera, à l'avenir, n'en doutons pas, des compensations importantes, pour Istres, ce qui paraît légitime.
 
Pour les autres candidats, pas de changement, sauf peut être pour le front national dans le choix de son candidat, voire de sa présence à ces élections. Affaire à suivre…
 
Pour ce qui est de ma candidature, il faut bien que je vous en parle sur mon blog à défaut d'autres moyens médiatiques. Un sondage "agréé" et non "maison" me donne près de 15 % des intentions de vote, ce qui est considérable car je n'ai pas encore commencé ma campagne et pratiquement aucun soutien médiatique.
 
Sur la question portant sur la "notoriété" des candidats (toujours d'après ce sondage), 60 % se sont prononcés en ma faveur : tous les autres sont relégués à 40 % et beaucoup moins encore.
 
Pour autant, je n'en tire aucune vanité, mais quand même, une reconnaissance émue, pour ma part, pour toutes celles et tous ceux qui, à Martigues, me font confiance depuis cinquante ans et encore aujourd'hui.
 
Cette confiance n'est ni à vendre, ni à acheter. Je souhaite la mettre au service de tous.
 
Contre ce pouvoir néfaste et à l'agonie, je serai, d'abord, le candidat du rassemblement de tous les démocrates, de tous les républicains.
 
   
Vous ne pouvez plus réagir à cet article.
Lire les commentaires (1)
Sondage Terminé.
Résultat des votes :
65.43 % Très
6.17 % Moyennement
28.4 % Pas du tout
81 votes au total
 
 
HISTOIRE DE NOS PONTS - Ajoutée le 28/02/2012 à 19:26.
 
 

HISTOIRE DE NOS PONTS

 
Notre ville, construite au fil des temps sur tous les canaux reliant l'Etang de Berre à la Méditerranée pour être originale et pittoresque, a toujours été un handicap certain pour sa traversée tant maritime que terrestre.
 
Pas moins de vingt ponts ont successivement été construits, puis démolis, puis reconstruits sous d'autres formes plus fonctionnelles à chaque époque donnée.
 
Les deux derniers sont les deux ponts "bleus" construits par la ville en 2001 et 2002 à Ferrières.
 
Pour la traversée maritime, encore sous la responsabilité de l'Etat dans le canal "Gallifet" un pont "tournant" fut bâti en 1929 pour permettre aux pétroliers l'accès des raffineries de pétrole de Berre et de la Mède / Châteauneuf-les-Martigues.
 
Ce fut une révolution pour l'époque, malheureusement sabotée par les troupes allemandes lorsqu'elles quittèrent notre ville à la Libération en Août 1944. Il avait perdu une grande partie de sa fonctionnalité du début, d'où des embouteillages invraisemblables de véhicules provoquant des files d'attente jusqu'à la Mède pour y accéder. Un véritable cauchemar pour tous ceux qui ont vécu cette époque.
 
En 1962, l'Etat va enfin y remédier en construisant le "pont levant actuel".
 
Même si l'axe de la circulation a été modifié, au grand dam de beaucoup, cette réalisation fut une formidable amélioration encore appréciée de nos jours.
 
Les travaux entrepris aujourd'hui côté sud, précipitamment sans en mesurer les conséquences directes ou indirectes tant pour la circulation que pour l'accès au centre de Jonquières, me font craindre le pire pour l'avenir. En tout cas chez beaucoup de riverains, c'est la rogne et ça gronde.
 
En 1970, la décision gouvernementale de choisir Fos sur Mer pour y installer la sidérurgie change encore la donne, pour répondre à la circulation future de cette région.
 
Les Ponts et Chaussées chargés de son élaboration voient très grand. Ils envisagent la conception d'un viaduc autoroutier à 4 voies qui nous est donc présenté.
 
Avec mes collègues, ce choix nous apparaît très délicat, car le projet nous semble hors de proportion, par rapport aux ponts antérieurs. Nous savons qu'en plus l'environnement va en souffrir.
 
 
 
Cependant, il fallait un pont qui n'empêche à aucun moment la circulation des véhicules, tout en laissant par ailleurs le passage des bateaux d'un tirant d'air de 45 mètres au moins.
 
Bon gré, mal gré, il a donc fallu nous résoudre à cette solution.
 
Je me souviens, qu'à l'époque, l'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, Monsieur PONTON, m'avait dit "Vous verrez, vous ne le regretterez pas car, d'après mes calculs et avec l'énorme développement que va prendre votre région, il faudra un jour le doubler par un autre pont à côté du viaduc de chemin de fer".
Je l'avais regardé à deux fois pour savoir s'il me chambrait.
J'avoue qu'aujourd'hui je suis moins sceptique …
 
La construction fut rondement menée sous la conduite de Monsieur Georges CORBIERE (toujours notre concitoyen) et de Monsieur Jean-Claude DROIN. Achevé en 1972, il fallait organiser une cérémonie avant de le mettre en service. Sa construction ayant été entièrement financée par l'Etat (pas un seul sous de la commune, ni pour le pont, ni pour les échangeurs) il me semblait opportun qu'un représentant de l'Etat vienne l'inaugurer.
 
Je téléphone donc à Monsieur LAPORTE le Préfet de l'époque qui fut le leader de l'aménagement de la sidérurgie, pour savoir ce qu'il en pensait.
 
Dans sa réponse, je compris qu'il était gêné car personne ne semblait vouloir quitter Paris pour baptiser le viaduc, pourtant une très belle réalisation de l'Etat. Je ne sais de quoi ils avaient peur. Enfin pour conclure, Monsieur le Préfet me proposa "Et si on l'inaugurait ensemble ?". Sa question me surprit; mais je lui répondis "Ma foi, pour ma part, je n'y vois aucun inconvénient, bien au contraire".
 
C'est ainsi que le 23 Juin 1972, sans grand esbroufe fut inauguré le viaduc autoroutier de Martigues. Il y aura donc bientôt 40 ans. Le temps passe vite ….
  
P.S. : Monsieur l'ingénieur CORBIERE est venu me confier, quand j'étais Maire de Martigues, le film qui retrace toute la construction du Viaduc et qui sera remis au Musée du Cinéma Prosper GNIDZAZ.
 
   
Vous ne pouvez plus réagir à cet article.
Sondage Terminé.
Résultat des votes :
94.05 % Très
2.38 % Moyennement
3.57 % Pas du tout
84 votes au total
 
 
Page : [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 ] Précédente - Suivante
Haut de page
 
LMMJVSD
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
 
 
 
 
Accueil - Présentation - Articles - Agenda - Galerie - Documentation - Livre D'or - Contact - Liens Réalisé par S.a.r.l. ORION