Document sans nom accueil présentation articles agenda documentation livre d'or contact Paul Lombard Martigues
 
Sacrée Sainte-Barbe - Ajoutée le 28/04/2010 à 09:13.
 
 

SACRÉE SAINTE-BARBE …

C'est l'actualité d'aujourd'hui qui m'inspire
 l'anecdote que je vais vous raconter …
 
Comme tout un chacun, j'ai lu et entendu, par voie de presse, la campagne qui est menée contre nos trois "pauvres" internationaux de football au sujet de leur penchant excessif pour les plaisirs charnels.
 
Je ne doute pas que ces censeurs soient plein de bonnes intentions pour faire respecter la loi et la morale. Cependant, seule la justice tranchera.
 
Pourtant, tout cela ne saurait cacher d'autres desseins beaucoup moins moralisateurs. Cela ne date pas d'hier que des sportifs (de toutes disciplines confondues) fréquentent, avant ou après les matchs, des maisons "hospitalières". Les entraîneurs ou dirigeants les débusquent quelquefois pour ensuite, prendre des sanctions modérées à leur encontre.
 
La loi prévoit de punir "fournisseurs" et "consommateurs" de plaisirs ludiques. Hélas, ce n'est pas demain que l'on règlera la prostitution, dont on dit, avec juste raison, qu'il est le plus vieux métier du monde.
 
Par contre, il faut rester impitoyable et se battre contre les marchands d'esclaves qui mettent des mineurs sur le trottoir. Fermons immédiatement les établissements qui encouragent cette pratique !
 
Je reviens maintenant à l'historique. Je vais vous conter une histoire authentique et vieille de plus de quarante ans. Il y a donc forclusion.
 
La Sainte-Barbe, patronne dans le monde de tous les artilleurs, sapeurs et pompiers, est célébrée tous les ans.
 
Autour des années cinquante et soixante, la tradition voulait, qu'à MARTIGUES, la Municipalité offre un grand banquet à ses sapeurs- pompiers après la cérémonie officielle.
 
C'était notre façon de manifester une reconnaissance bien modeste, pour tous les services rendus au péril de leur vie par ces hommes, officiers totalement bénévoles, au cours de l'an écoulé.
 
La plupart des personnalités de la Ville y assistait autour du Commandant de la Compagnie, le Directeur Départemental d'Incendie, le Conseiller Général en exercice, le Maire, le 1er Adjoint, l'Adjoint aux Travaux Responsable de la Sécurité, l'Adjudant de la Brigade de Gendarmerie de la Ville et le Commissaire Principal.
 
Ce repas se déroulait dans la grande salle du Lido Hôtel-Restaurant à l'angle du Cours du 4 Septembre et de la Rue Lamartine (aujourd'hui Magasin Marionnaud).
 
Ce festin était toujours copieux et arrosé plus qu'il n'en fallait. A la fin du banquet, l'atmosphère se détendait. Nous écoutions quelques belles voix où chacun y allait de son répertoire qui était d'ailleurs toujours le même au fil des années, avec quelques chansons paillardes du meilleur cru.
 
Assez tard dans la soirée, c'était la dislocation. Beaucoup se déguisaient et parcouraient le centre ville avec force clairons. Puis tout le monde se retrouvait à la caserne d'alors, Avenue Pasteur, autour de la succulente soupe de poissons préparée par nos sapeurs et encore plus copieusement arrosée.
 
La journée se terminait autant que cela se pouvait dans une maison dite "close", mais toute ouverte, à tous les points de vue.
 
Cette année-là, la soirée se déroula au "rendez-vous des Navigateurs" chez Jeannette. Bien qu'il n'y avait pas de port à cet endroit, il n'y a jamais eu autant de "navigateurs".
 
La demeure avec parking était située au bord de la route, juste en face "d'Intermarché" à Croix-Sainte.
 
Vers minuit, alors que la soirée était en pleine "effervescence", un énorme bruit provenant de la route à côté d'où la fête se produisait, se fit entendre. Puis tout à coup, un appel au secours : une collision frontale venait de se produire entre deux véhicules. Nombreux furent les blessés, mais fort heureusement sans mort d'homme.
 
Sur ce fait, la compagnie "s'estroupe" aussitôt et porte secours avec le Maire, le Commissaire et l'adjudant de Gendarmerie en tête.
Très rapidement les blessés sont désincarcérés et conduits illico presto à l'hôpital de la commune dans un record absolu d'efficacité.
 
Evidemment, la fête était terminée et à défaut d'être content, tout le monde avait au moins eu la satisfaction du devoir accompli.
 
Le lendemain de l'accident, Francis TURCAN, Maire à l'époque, me dit : "On devrait aller rendre visite aux blessés d'hier soir à l'hôpital de MARTIGUES".
Ok", lui répondis-je.
 
Sitôt arrivés à l'hosto, nous allâmes dans la chambre où l'un des blessés, sans gravité heureusement, avait été transporté.
 
L'un d'eux surpris de nous voir demanda : "Ah, c'est vous Monsieur le Maire et bien chapeau. Vous avez tous été formidables. En moins de temps pour le dire, vous étiez arrivés. Un grand merci Monsieur, un grand merci !".
 
Le Maire, en me regardant d'un œil complice et amusé rétorqua : "Oh, vous savez tout le mérite revient à nos pompiers qui sont supérieurement organisés pour intervenir dans de telles circonstances !".
 
L'homme alité insista : "Ouais, mais encore une fois chapeau !".
 
Le brave homme n'a jamais su ……!
 
Néanmoins, pour certainement la première fois dans l'Histoire, la bienheureuse Sainte-Barbe, patronne des pompiers, est venue secourir le non moins bienheureux Saint-Christophe, patron des automobilistes !
 
Tout compte fait, la morale était ainsi sauve …..
 
   
Vous ne pouvez plus réagir à cet article.
Sondage Terminé.
Résultat des votes :
62.69 % Très
14.93 % Moyennement
22.39 % Pas du tout
67 votes au total
 
 
Faisons le Bilan ... - Ajoutée le 20/04/2010 à 14:30.
 
 

 

 
FAISONS LE BILAN ….
 
A tous mes correspondants internautes de MARTIGUES et d'ailleurs …
 
Fin Décembre 2009 et pour garder le contact avec ma population, je vous avais informé de l'ouverture de mon blog pour y aborder suivant "l'humeur" du moment, tous sujets qui au niveau local, départemental, régional ou national, pourraient intéresser notre commune, directement ou indirectement.
 
Trois mois après sa création, je suis en mesure de vous présenter le bilan des écoutes et intéressements recueilli de Décembre 2009 à Mars 2010 :
 
Résumé par mois :
 

 
MOYENNE JOURNALIERE
TOTAUX MENSUELS
MOIS
PAGES
VISITES
SITES
VISITES
PAGES
Fin Décembre
      20
          11
            7
                      11
                          20
Janvier
    504
          61
        113
                  1897
                   15 637
Février
    309
          66
     1 599
                 1 866
                     8 667
Mars
    321
        834
     1 843
                 2 589
                     9 962
                                                              TOTAUX
                 6 363
                   34 286

 
 
D'après les spécialistes, ces statistiques sont très bonnes, d'autant qu'il s'agit d'un site "vitrine" et non pas "commercial" dont les visiteurs sont uniques. Le taux recensé est donc réel.
 
Si les articles ont pu largement retenir votre attention, raison de plus pour continuer à le fréquenter car j'ai tant de choses à vous dire.
 
Merci à toutes et à tous pour votre participation.
 
   
Vous ne pouvez plus réagir à cet article.
Lire les commentaires (5)
Sondage Terminé.
Résultat des votes :
69.41 % Très
7.06 % Moyennement
23.53 % Pas du tout
85 votes au total
 
 
Les canons de Navarone - Ajoutée le 09/04/2010 à 15:44.
 
 

CANONS DE NAVARONE
OU DE LA COURONNE ?

 Courant 2003, sur les conseils du Centre d'Etudes d'Histoire de la Défense (C.E.H.D.) la Municipalité de MARTIGUES demandait à Monsieur Frédéric SAFFROY, Avocat mais aussi Historien et Archéologue compétent et passionné de recenser, sur le territoire de la commune de Martigues, les vestiges militaires de la guerre 39/45.
 
Le 11 Avril 2005, l'intéressé ayant achevé ses travaux me communiqua son étude sur l'identification et l'historique des vestiges militaires de la zone littorale.
 
Ce que j'avais au départ considéré comme une simple recherche devait s'avérer un ouvrage historique de très grande qualité dans ce domaine.
 
Martigues, nous le savions a été, pendant la période antérieure à 1939, très fortifiée sur le littoral de La Couronne/Carro, par la Marine Française qui avait déjà construit quelques ouvrages militaires.
 
Cependant, dès leur arrivée à Martigues le 11 Novembre 1942, les Allemands, il faut bien le reconnaître, très supérieurement organisés dans la construction de ces fortifications par l'organisation TODT, établirent sur notre quartier un réseau impressionnant de blockhaus, casemates, galeries, plateformes d'artillerie de toutes sortes de 1943, jusqu'en Juin 1944.
 
La zone de Martigues, La Couronne/Carro, Ponteau, Fort de Bouc, La Vierge, Figuerolles, etc… était un des lieux le plus fortifié sur le littoral méditerranéen et aussi le plus "miné" ! Le saviez-vous ?
 
Des centaines de nos concitoyens ont été recrutés tout d'abord dans des entreprises du bâtiment de la Ville qui travaillaient pour les Allemands, puis réquisitionnés de force à la fin des années 43 et 44.
 
Quand on sait que toutes ces fortifications ont été réalisées en moins de 18 mois (de Novembre 1942 à Juin 1944), cela semble impensable !
 
Mieux. Les deux plus importes batteries du site Marseille-Fos étaient implantées sur le secteur de La Couronne/Carro.
 
La première dite Batterie allemande du Cap Couronne d'origine française (avant 42), située sur les terrains à côté du Village Camping de l'Arquet ; là où récemment, la Ville a acheté les terrains à la Marine Française (aujourd'hui d'ailleurs dénommée Chemin de la Batterie) :
- Plateformes avec 4 canons de 138 m, d'origine française (avant 1939),
- Portée de tir : 18 kms,
- Obus de 30 à 40 kgs,
- Rapidité de tirs de 5 à 7 coups à la minute.
 
 
La seconde, Batterie de Cavalas située sur la colline de Cavalas entre La Couronne et Carro et la plus puissante de la zone Fos-Martigues :
- Plateformes avec 5 canons de 210 m (origine 39/40),
- Portée de tir 33 kms,
- Obus de 135 kgs,
- Cadence de 3 coups toutes les 2 minutes.
Le nec plus ultra de l'artillerie allemande produit à seulement 49 exemplaires.
 
Ces deux batteries les plus puissantes du secteur par tirs croisés pouvaient balayer la zone de Fos jusqu'à Marseille.
 
Mais quel rapport, me demandez-vous, avec Navarone ?
 
J'avais été impressionné, en regardant pour la énième fois, la projection du film "les canons de Navarone" à la télévision. En effet, le gabarit des canons qui devaient être détruits par le commando me semblait démesuré. Je me doutais bien qu'il s'agissait d'une fiction sur cette période, mais quand même ! Le 4 Juin 2009, j'ai donc une nouvelle fois rencontré ce brave Monsieur SAFFROY, toujours aussi aimable et disponible et qui me l'a effectivement confirmé.
 
Je vous laisse le soin d'apprécier sa réponse :
 
1
Les Canons de Navarone est un roman de l'auteur écossais Alistair MacLean, publié en 1957 et adapté au cinéma en 1961. Il s'agit d'une fiction inspirée de la campagne alliée en mer Egée (îles grecques Kos et Leros).
 
2
L'opération fut un échec total, les Britanniques étant forcés de capituler le 14 Novembre 1943, à peine 2 mois après avoir occupé l'île de Leros.
 
 
3
En ce qui concerne les fameux canons, le romancier indique qu'ils ont un calibre de 200 mm.
Dans le film afin d'accentuer leur importance, le réalisateur a employé des canons sur rail d'au moins 274 mm, similaires à ceux réutilisés par les Allemands dans la région de Martigues-Fos : un groupe d'artillerie lourde sur voies ferrées qui stationnait à Châteauneuf-les-Martigues(1) (3 canons de 27,4 cm).
Ce positionnement -sur les voies ferrées entre Marseille et Port-de-Bouc- leur permettait d'effectuer des tirs efficaces de Marseille à Fos (portée de 30 à 50 kms).
 
4
Dans la réalité, le plus gros calibre existant à Leros était de 15 cm.
  
L'intéressé me signalait, par ailleurs, que le Maréchal Rommel était venu à trois reprises inspecter le secteur, notamment en Février et Mai 1944.
 
Cela me remémora ce que me racontait Monsieur HANLLIAN dit "Noël", notre coiffeur de la Rue de la République, situé à moins de 200 m de l'ancienne Mairie à l'Ile.
 
J'y allais me faire couper les cheveux et comme tout coiffeur, il était bavard, curieux et intarissable. Sachant l'intérêt que je portais à cette époque tragique vécue en commun, il me raconta un jour :
 
"Paul, j'ai coupé les cheveux à Rommel".
 
"Tu déconnes. Pense un peu si le Maréchal Rommel était venu chez toi, alors qu'il a tout un staff pour le servir".
 
"Paul, je te dis que j'ai coupé les cheveux à Rommel. C'était au printemps 44, le matin à l'ouverture de mon commerce. Une estafette(2)  est entrée pour me demander de couper les cheveux à Rommel qui fut suivi de toute son escorte.
Tremblant, je me suis donc prêté au jeu, de mauvaise grâce. En fait, ma peur était telle, que ce ne sont pas mes doigts, mais mes ciseaux qui ont coupé automatiquement ses cheveux".
 
En galéjant, je lui dis "Sacré Noël, tu es le plus fort!"
 
Or, Noël avait bien raison. Rommel s'est rendu à La Couronne au moins 3 fois. La première, en février 44. Puis le 2 Mai 44 où il a été photographié avec l'ensemble de son état-major sur le plateau de Cavalas (voir reproduction ci-dessous). Son Etat Major était établi en ARLES et pour se rendre à La Couronne, il devait obligatoirement passer par le centre de Martigues, en l'occurrence la Rue de la République où en définitive, Noël était le premier coiffeur installé à droite dans cette rue. C'était donc vrai.
 
Excuse-moi Noël, d'en haut, tu dois penser "Je te l'avais dit !".
 
De la visite de Rommel à Martigues, on retiendra que pas très satisfait, il a donné des ordres pour repositionner la batterie de Cavalas en un lieu plus sûr, moins repérable de la mer. Ce qui a été fait par la suite, mais non achevé semble-t-il !
 
Il y a un général du génie qui a dû se faire appeler "Jules" !
 
 
(1)      Y a-t-il des personnes de Châteauneuf-les-Martigues ou de Port-de-Bouc qui ont un souvenir de ce train blindé ?
(2)   Agent de liaison dans l'armée
 
N.B. : Tous les documents peuvent être consultés au Service des Archives Municipales de Martigues
 
Inspection du Maréchal ROMMEL dans le secteur de la 338. Infanterie Division (c) Bundesarchiv-Militärarchiv - Frieburg/Brisgau"
   
Vous ne pouvez plus réagir à cet article.
Lire les commentaires (1)
Sondage Terminé.
Résultat des votes :
85.51 % Très
1.45 % Moyennement
13.04 % Pas du tout
69 votes au total
 
 
Page : [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 ] Précédente - Suivante
Haut de page
 
LMMJVSD
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
 
 
 
 
Accueil - Présentation - Articles - Agenda - Galerie - Documentation - Livre D'or - Contact - Liens Réalisé par S.a.r.l. ORION