Document sans nom accueil présentation articles agenda documentation livre d'or contact Paul Lombard Martigues
 
BOULODROME - Ajoutée le 22/01/2010 à 13:52.
 
 

 

 
 
MAIS OÙ EST DONC PASSÉ LE BOULODROME ?
 
Pour répondre à l'impatience de nos "joueurs de boules", je rappellerai que nous avions inscrit,
en vue des élections du 9 mars 2008, en 5ème position dans notre programme électoral la
construction d’un boulodrome couvert.
 
Aussi, dès notre réélection, nous avons travaillé à sa réalisation.
 
C'est ainsi, pour nous en faire une idée concrète, que nous sommes allés découvrir celui
d'ISTRES (où nous avons d'ailleurs été très bien accueillis par M. Le Maire et son Adjoint), le
mercredi 8 octobre 2008, à RASSUEN. Puis, une autre visite a été organisée, cette fois au
boulodrome couvert de BEZIERS, le vendredi 13 février 2009 ; visite également très réussie.
 
A partir de là, et après plusieurs esquisses, nous avons arrêté et élaboré un programme
susceptible de convenir à MARTIGUES.
 
Aussitôt, il a été demandé à nos Services Technique Municipaux d'entamer le processus
habituel pour démarrer au plus vite cette opération, et, dans la mesure du possible, la
finaliser en 2009.
 
Depuis, et encore moins après la passation des pouvoirs, aucune nouvelle sur l'évolution
de ce dossier n'est communiquée ! Est-il possible que notre Adjointe aux Sports, si volubile
par ailleurs, puisse nous faire le point sur ce sujet, pour rassurer nos boulomanes et leur
garantir que ce projet n'est pas "dans les oubliettes" ? En attendant, oubli ou pas, ça traîne ! 
 
En tout cas, les opportunités d’en reparler ne vont pas manquer : le 22ème Grand Prix d'Hiver
au Jeu Provençal du 23 Janvier au 25 Janvier 2010, ou le 25ème National de Pétanque, ou
encore le 18ème National Féminin du 27 Janvier au 31 janvier 2010… autant d’actualités qui
pourraient lui en donner l’occasion !
 
 
 
 
 
 
   
Vous ne pouvez plus réagir à cet article.
Sondage Terminé.
Résultat des votes :
34.45 % Oui
62.18 % Non
3.36 % Sans opinion
119 votes au total
 
 
Féeries Végétales 2010 - Ajoutée le 20/01/2010 à 08:34.
 
 

Décor 2006

 
Des féeries végétales 2010 un peu « tristounettes » …
 
Comme chaque année pour la traditionnelle réception des vœux au Personnel Communal, aux Personnalités, à la population et enfin pour le Salon du Mariage, les « Féeries Végétales » se sont offertes aux différents visiteurs de notre Grande Halle. Pourtant, ces Féeries que d’aucuns (Journal La Provence) qualifiaient, à juste titre, de « réception la plus somptueuse de la Région », ont été quelque peu décevantes en cette année 2010.
 
La Municipalité, cédant à la « mode », a misé sur le développement durable. Au décor et au menu :
-        cabanon vert/bleu, éolienne, piscine auto-filtrante, « poulailler », entourés de pins d’Alep
         pour le décor,
-            vidéo de 8 minutes sur les efforts de la Ville en ce domaine (au demeurant irréprochables), 
         pour la communication,
-            buffet et boissons essentiellement BIO, avec, malgré tout, uniquement du champagne (BIO ?)
         à volonté ; mais adieu au pastis provençal faisant pourtant partie de notre terroir !
De quoi avoir une indigestion, même avec le « tout BIO ».
 
Aussi, beaucoup ont regretté les magnifiques décors d’hier qui nous enchantaient et nous faisaient quelque peu rêver.
 
En aucun cas, la compétence des Services Municipaux (Espaces Verts, Techniques, Cuisine Centrale, Accueil/Relations Publiques…) ne peut être mise en cause. Ce personnel a prouvé, dans le passé, qu’il pouvait faire beaucoup mieux.
 
Il s’agit plutôt du choix qui a été fait. Un choix politique ? Dans l’air du temps ? Y compris « l’odeur du  poulailler » peu appréciée des futurs couples venus au Salon du Mariage ?
Ce sera vraiment à revoir pour l’an prochain !
 
 
décor 2006


décor 2007


décor 2007


décor 2008


décor 2008
   
Vous ne pouvez plus réagir à cet article.
Lire les commentaires (8)
Sondage Terminé.
Résultat des votes :
37.16 % Oui
61.49 % Non
1.35 % Sans opinion
148 votes au total
 
 
GRIPPE ESPAGNOLE - Ajoutée le 13/01/2010 à 09:17.
 
 

Grippe espagnole, entre 30 et 100 millions de morts dans le monde en 1918-1919
La grippe "Espagnole" à MARTIGUES
de 1917 à 1919
 

 
La pandémie de grippe A (H1N1) de 2009 n'est pas sans rappeler à notre mémoire la fameuse grippe espagnole qui se propagea dans notre pays et le monde, de 1918 à 1919.
 
Cette grippe fit entre 30 et 100 millions de morts en totalité, soit un taux très largement au-dessus de toutes les victimes de la 1ère guerre mondiale de 1914-1918.
 
Elle est, par ailleurs, dans toute l'histoire de l'humanité, la maladie ayant causé le plus de pertes par rapport à toutes les autres qui ont ravagé le monde : peste, choléra …
 
En France, c'est plus de 400 000 décès qui ont affecté notre pays et 500 000 dans le monde (ou parmi les troupes américaines).
 
"Grippe espagnole" : la mal nommée, puisque n'ayant rien à voir avec l'Espagne, mais ainsi baptisée en France (qui était, ne l'oublions pas, en guerre avec l'Allemagne), pour cacher à l'ennemi, les pertes subies par la population et l'armée. Mauvaise excuse, car l'Allemagne fut également touchée par le virus. Peut-être voulait-elle aussi cacher, du même coup, la transmission de la maladie (au départ de Chine, via les Etats-Unis), par l'arrivée des troupes américaines venues renforcer les armées alliées (voir photo en fin de document).
 
Cette grippe, qui a frappé tout le pays, a donc touché MARTIGUES, où elle fit quelques victimes.
 
Le Service des Archives Municipales avait étayé en Juin 1993, à ma demande, un rapport sur cette épidémie,
je vous livre, ci-dessous, la presque intégralité de cet exposé :
 
A MARTIGUES, le relevé mensuel des décès de l'année 1918 donne les chiffres suivants :
 

Janvier
 
Février
 
Mars
 
Avril
 
Mai
 
Juin
 
Juillet
 
Août
 
Septembre
 
Octobre
 
Novembre
 
Décembre
 
 
13
 
6
 
 
13
 
 
10
 
 
10
 
 
4
 
 
16
 
 
6
 
18
 
46
 
14
 
15

Chiffres parlants ! L'épidémie de grippe a donc frappé MARTIGUES, vers la fin du mois de Septembre et surtout au mois d'Octobre, qui voit 46 décès, alors que les chiffres tournent autour de 6 à 15 décès mensuels.
Les tranches d'âge les plus touchées sont celles des 16-30 et des 31-50, avec une répartition à peu près égale. Les femmes sont plus atteintes que les hommes. Cependant, cette constatation doit tout de suite être largement nuancée, puisque beaucoup d'hommes sont encore sous les drapeaux ou tués au combat.
La mortalité infantile est légèrement plus forte, de même que celle des personnes âgées, mais dans ce dernier cas, l'épidémie n'a sans doute fait que hâter une fin de toute façon proche.
 
Les personnes décédant le plus souvent chez eux, les actes donnent le nom de la rue de leur domicile. Nous remarquons que, du 14 au 27 Septembre, seuls meurent des gens de Ferrières (7) ; du 27 au 6 Novembre, on ne compte que des personnes de Jonquières (7) et sur l'Ile (1) ; les 7 et 8, ce sont 4 personnes de l'Ile. Ensuite, les lieux des décès sont dispersés dan toute la ville ou les écarts.
 
Aucune rue, ni aucun secteur, ne semblent plus touchés les uns que les autres. Il n'est donc pas possible de pousser plus avant un embryon d'enquête sociologique.
 
De même aucune famille n'a été plus particulièrement atteinte que d'autres. On ne relève qu'un père de 32 ans qui meurt le lendemain de la mort de sa fillette de 5 ans.
 
Ce sont là tous les renseignements qui peuvent être exploités à partir des registres d'Etat Civil. Quant aux archives de la Ville, elles sont muettes sur ce point et n'apportent aucun éclaircissement supplémentaire, pas plus que celles de l'hôpital (mais il est vrai que peu de personnes sont mortes dans ses locaux).
 
A ma connaissance, l'épidémie n'a pas laissé beaucoup de souvenirs, ni terreur dans la mémoire de nos parents et grands-parents.
 
Toutefois, je voudrais terminer par une anecdote sur une "ressuscitée", Madame TEMPIER Née ROUX qui lors d'une visite à ma grand-mère et, en ma présence, nous a raconté sa miraculeuse guérison.
 
"J'ai été, nous dit-elle, sauvée par mon père qui était pêcheur".
En effet, un matin, l'unique docteur de MARTIGUES qui avait été appelé à mon chevet, dit à mon père en m'examinant: "Je suis profondément navré mais la petite ne passera pas la nuit (fièvre proche des 42°)".
La maisonnée était en pleurs. Mon père, catastrophé, supplia le docteur de trouver un quelconque remède. Devant le silence du médecin, mon père, dans une ultime démarche, le prit à part et lui dit "Vous savez à MARTIGUES, pour beaucoup de maux (fièvre ou douleur), les pêcheurs appliquent des cataplasmes d'algues. Qu'en pensez-vous Docteur ?".
Celui-ci lui répondit : "Tu sais, étant donné la gravité de son état, si ces compresses ne la guérissent pas, elles ne lui feront pas de mal".
Mon père partit donc à l'Etang pour récolter les algues en question et me les appliquer mouillées sur tout le corps, le soir même.
"Le matin, la fièvre avait disparu, j'étais guérie".
 
Stupéfiant, non ? A l'époque, cette anecdote m'a beaucoup impressionné.
 
Il est vrai que, pour les incrédules, une question se pose : "et si le docteur s'était trompé dans son diagnostic ?".
C'est effectivement une hypothèse. Mais le thermomètre, lui, ne mentait pas en affichant près de 42°. Ce remède a bien agi en faisant chuter la température à 37°.
 
Mais comme Saint-Thomas et ne croyant que ce dont je suis sûr, j'ai demandé l'avis à un éminent scientifique, Monsieur Claude GUDIN. Spécialiste mondialement reconnu qui fut, en 1963, le premier biologiste recruté par la Société Française des pétroles BP, sur les conseils de Jacques SÈNEZ. Il démarra le laboratoire de recherches à MARTIGUES. Il m'a bien confirmé que certaines algues ont un pouvoir incontestable sur certaines infections qui touchent l'homme.
 
J'ai renoué le contact avec Jean-Claude GUDIN, ce qui nous a permis de nous remémorer la jolie aventure des protéines alimentaires, à partir du pétrole, ce qui avaient fait grand bruit dans la commune et en France, dès 1963.
 
Amicalement, Jean-Claude m'a remis un article rédigé à l'intention de toutes les Martégales et tous les Martégaux, d'hier et d'aujourd'hui, sur cette épopée de "culture scientifique" à MARTIGUES. Je ne manquerai pas d'en faire profiter tous les internautes intéressés par ses révélations !
 
Hôpital de campagne de l'armée américaine
(Malades de la grippe espagnole)
 
 

   
Vous ne pouvez plus réagir à cet article.
Lire les commentaires (1)
Sondage Terminé.
Résultat des votes :
74.67 % Très
16 % Moyennement
9.33 % Pas du tout
75 votes au total
 
 
Page : [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 ] Précédente - Suivante
Haut de page
 
LMMJVSD
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
 
 
 
 
Accueil - Présentation - Articles - Agenda - Galerie - Documentation - Livre D'or - Contact - Liens Réalisé par S.a.r.l. ORION